SAS

Introduction

La Société par Actions Simplifiée ou SAS est une forme juridique qui offre une grande souplesse dans son fonctionnement et son organisation. Elle est devenue très populaire en France, car elle permet de réunir plusieurs associés, qu’ils soient personnes physiques ou morales, pour la création d’une société.

Qu’est-ce qu’une SAS ?

Une SAS est une société commerciale qui fonctionne grâce à une personne morale ou physique qui détient des actions. Les associés, qui peuvent être des personnes physiques ou morales, investissent de l’argent en achetant des actions et deviennent donc propriétaires de la société en fonction de leur investissement.

Les avantages de la SAS

La SAS offre une grande souplesse de fonctionnement, ce qui est un atout majeur pour les entrepreneurs qui souhaitent créer une entreprise à plusieurs. Voici les principaux avantages :

– Elle offre une grande liberté dans l’organisation des statuts et dans les règles de fonctionnement de la société ;

– Elle permet d’avoir un nombre illimité d’associés, qui peuvent être des personnes physiques ou morales ;

– Elle permet de limiter la responsabilité des actionnaires aux sommes investies dans la société ;

– Elle peut être dirigée par un Président qui dispose d’un large pouvoir et qui peut être une personne morale ou physique.

Les inconvénients de la SAS

La SAS offre des avantages indéniables, mais elle présente également certains inconvénients qu’il est important de prendre en compte :

– Elle est plus complexe à mettre en place que d’autres formes juridiques, ce qui peut impliquer des frais d’avocats et de comptables plus importants ;

– Elle peut nécessiter un capital social plus important que d’autres formes juridiques.

Les étapes pour créer une SAS

Voici les étapes à suivre pour créer une SAS :

– Rédiger les statuts de la SAS ;

– Immatriculer la SAS au Registre du Commerce et des Sociétés ;

– Publier un avis de constitution de la société dans un journal d’annonces légales ;

– Déposer les fonds de l’apport en numéraire à la banque.

Les différences entre SASU et SAS

La SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle) est une SAS à associé unique. La principale différence réside dans la présence d’un seul associé pour la SASU et de plusieurs associés pour la SAS. Cela a une incidence sur la rédaction des statuts, mais également sur la fiscalité de la société.

Les partenaires SAS

Il existe plusieurs partenaires SAS sur le marché qui peuvent accompagner les créateurs d’entreprise dans la mise en place et le fonctionnement de leur SAS :

Legalstart : une plateforme en ligne qui propose des services de création de SAS, de rédaction de statuts ou encore de modification de SAS ;

KPMG : un cabinet spécialisé dans l’expertise comptable et le conseil aux entreprises qui propose des services de comptabilité, de fiscalité et de gestion ;

Deloitte : un cabinet d’audit, de conseil et d’expertise comptable qui propose des services de création et de gestion de SAS ainsi que des services juridiques et fiscaux.

FAQ

Quelle est la différence entre une SAS et une SARL ?

La principale différence entre une SAS et une SARL (Société à Responsabilité Limitée) est la souplesse de fonctionnement de la SAS en comparaison à la SARL. La SAS offre davantage de liberté dans l’organisation des statuts, le choix du régime fiscal ou encore le pouvoir du Président.

Combien d’associés une SAS peut-elle avoir ?

Il n’y a pas de limite au nombre d’associés dans une SAS. Les associés peuvent être des personnes physiques ou morales, françaises ou étrangères.

Quel est le capital social minimum pour créer une SAS ?

Le capital social minimum pour créer une SAS est fixé à 1 euro. Cependant, il est conseillé de prévoir un capital social plus important pour garantir la pérennité de la société.

Conclusion

La SAS offre de nombreux avantages aux entrepreneurs qui souhaitent créer une société à plusieurs. Elle garantit une grande souplesse de fonctionnement et permet d’associer des personnes morales et physiques dans la société. Cependant, elle peut être plus complexe à mettre en place que d’autres formes juridiques.